DSCN 121




Comme vous le constatez, ce site a changé d’aspect - sauf en ce qui concerne ma photo, que j’ai préféré garder telle quelle car je la trouve assez ressemblante; et puis l’âge qu’elle me donne me paraît le bon. La publication précédente tournait autour de mon cher Willy. Je rassure ceux qui se sont attachés à lui : ses aventures figurent toujours au complet (c’est vite dit) dans cette version.
Ce qui a d’abord changé concerne l’emplacement de la marge qui indique les différents chapitres du site. Elle n’est plus à gauche, mais à droite. Pourquoi? Histoire de ne pas refaire aujourd’hui ce qu’on a fait hier. Ainsi vont les choses, et nous avec elles.
Ce qui n’a pas beaucoup changé, à quelques détails près, c’est ma biographie ( mais Ciel ! je n’oblige personne à la lire ! ). Elle recèle, c’est vrai, des faits et gestes inattendus, mais elle en passe sous silence bien d’autres que je laisse aux chercheurs le soin de mettre au jour si ça leur chante.
Je n’ai pas renoncé à me promener sur le Champ de Mars et à vous en faire profiter. Chaque fois que je m’y risque, je me dis que j’aurais dû enregistrer depuis des années ce qui change en ces lieux, dont le plan géométrique, les airs de lampion et les dessous de strip teaseuse qu’on inflige à la tour Eiffel masquent la beauté.
Puis, nouveauté aussi, Dans le texte. Il vous est sûrement arrivé de lire, dans une œuvre littéraire qui vous transportait, quelques lignes dont la musique devait rester gravée en vous pour la vie. Ça m’est arrivé aussi. Je vous citerai donc ces lignes au hasard de mes souvenirs ou de mes découvertes. En somme, c’est un moment d’admiration que je vous offre et un exercice d’humilité que je vous convie à partager.
On va trouver à la page suivante le texte de Willy (complet). Je me suis bien amusé en l’écrivant, et d’après les bruits qui courent c’est un plaisir que beaucoup d’entre vous ont pris en le lisant. Il est temps que les autres s’y mettent.
Ensuite, le texte de Petits Blancs, vous serez tous mangés, dont pourront se délecter (le mot n’est pas trop fort) les amateurs éclairés ou non.
Puis L’Araignée, le Lièvre et autres héros de la brousse, recueil de contes de Côte d’Ivoire pittoresques et souvent déconcertants, que j’invite à lire ceux qui veulent découvrir la diversité africaine.
Par ailleurs, n’allez pas croire que j’aie abandonné l’idée de recueillir vos témoignages d’enthousiasme avec Dites-moi. Je me bats avec la machine pour que ça marche, à la fin. J’y arriverai, même si je dois y laisser une partie de ma santé : le reste suffira pour la suite.
Enfin, voici Le Regard de l’Aigle, un nouveau récit qui vous surprendra j’espère.